Press "Enter" to skip to content

HOWLIN’ JAWS, le retour !

Quand tu vas a un concert des Howlin Jaws vaut mieux être du public que partager l’affiche avec eux, sinon c’est le burn out assuré ! Ils ont grave d’la gueule d’acteurs, ça chante grave, ça gratte grave, ça tabasse grave, ça a grave la classe et les gens le leur rendent bien, mais grave ! Après trois 45 tours plus croustillants les uns que les autres, les voici à nouveau sur le devant de la scène (qu’ils n’ont pas quitté depuis deux ans) avec un nouveau Ep 6 titres BURNING HOUSE, qu’ils vous présenteront ce jeudi 12 avril au point FMR à Paris.
Afin que vous fassiez plus ample connaissance avec eux, voici quelques questions auxquelles ils ont bien voulu répondre.  Je vous laisse donc avec Djivan à la contre basse, Baptiste à la batterie, Lucas à la guitare !

Par Cyril Brachao
Photos Mauro Fiorito

On ne va pas refaire votre parcours, mais pour ceux qui ne vous connaîtraient pas encore c’est quoi la genèse des Howlin’ Jaws ?
On s’est rencontré avec Lucas en maternelle, quand on avait 3 ans, et avec Baptiste au collège quand on avait 11 ans. On a monté un groupe de punk en troisième on savait à peine jouer de nos instruments mais on foutait un beau bordel ! Peu à peu on à migré vers le Rock & Roll en écoutant des trucs de plus en plus vieux. On a fait un peu le chemin à l’envers.

Quand j’ai appris votre existence il y a 3 ans, j’ai recherché sur youtube des vidéos de vous pour voir ce que ça donnait, et là, WTF ?! Je tombe sur une vidéo de vous au Jacky show sur IDF1 ! La classe ultime ! Haha, et en préparant cette interview je voulais la remater : impossible à retrouver ?!!! Je suis très déçu…
Ouais c’était rigolo, il était hyper speed et on nous avait maquillé à la truelle. On a du casser internet avec la classe de cette vidéo, elle à du disparaitre dans un vortex… haha

Il y a deux ans lors de notre dernier entretien pour la NRI vous aviez dit en gros « le but c’est que les gens ne disent plus Howlin’ Jaws c’est un groupe de rockab’ ! » Alors, pari gagné ?
Complètement, on tourne avec un nouveau set depuis quelques temps, avec les morceaux de notre nouvel EP. Ils reflètent vraiment bien la musique que l’on aime et que l’on joue. Le rockab’ fait toujours partie de nos influences au même titre que le rythm’n’blues, le beat, la surf etc… On joue du Rock’n’roll !

Ça fait un petit moment que vous existez maintenant, mais ces deux dernières années tout c’est accéléré non ?
Ouais carrément ! On a tous arrêté nos études pour se consacrer totalement à la musique. On passe notre temps en studio ou sur les routes, forcément ça paie !

En parlant de route, le Japon, comment c’était ?
C’était génial ! On a traversé le pays de long en large pendant 10 jours avec un groupe qui s’appelle The Minnesota Voodoo Men. On a hyper bien mangé et grave fait la fête ! Il y a une légende qui veut que les japonais ne tiennent pas l’alcool mais c’est faux ! Ceux qu’on a fréquenté boivent juste beaucoup et très vite. On a joué au Halloween Ball à Tokyo qui est un des plus gros festival de garage là-bas (il y avait 54 groupes en 2 jours !) et après une certaine heure on retrouvait des types en coma au milieu de la salle… Bref que du bonheur !

Le plus beau souvenir de concert ces 2 dernières années ?
Le Halloween Ball est vraiment en haut de la liste mais on peut parler du Bule Bule Toga fest en Espagne et de la première partie de JD Mc Pherson à la Flèche d’or, qui sont aussi de super souvenirs !

Le concert le plus lose ?
Bah ce week-end on devait jouer à Berlin mais notre fidèle destrier, notre fougueux Renault Master, notre beau Rolling Jaw a décidé de rendre l’âme. On a du annuler la date en dernière minute parce qu’impossible d’arriver à Berlin à temps. Même si c’est pas vraiment un souvenir de « concert » niveau lose on était au top !

La meilleure tournée ?
Encore une fois le Japon c’était la folie ! Mais on tourne pas mal en Espagne ces derniers temps et à chaque fois c’est top !

Le groupe avec qui vous donneriez tout pour partager l’affiche ?
Bah on cherchait une bonne première partie qui pourrait nous accompagner en tournée et on avait pensé aux Beatles. Dommage que la moitié soit déjà décédée…

Quand on entend parler de vous c’est toujours : « ils sont bons, beaux et jeunes… » donc voici ma question : faire parti des Howlin’ Jaws ça marche avec les filles ?
Oui…

Lucas, je crois que tout le monde sera d’accord, tu es un putain de gratteux ! Es-tu autodidacte ou as-tu pris des cours ?
Lucas :
J’ai pris quelques cours au début mais mon nouveau prof Jean-Michel Youtube à vite pris le relais. Djivan s’y était mis avant moi et j’ai trouvé ça cool.

Djivan : Et du coup j’ai vite décidé de chanter ! Haha

Baptiste, Djivan, et vous ? Haha
Nous on est vraiment pas terrible à la guitare haha !

Djivan : Bah moi je me suis mis à la contrebasse quand on a eu l’envie de jouer des titres fifties. Avant d’en acheter une, je jouais sur une guitare posée sur mon genou sur laquelle j’avais enlevé une corde sur deux.
Baptiste : quand j’étais gamin je tapais partout avec des baguettes chinoises, pour essayer de me canaliser mes parents m’ont payé des cours de batterie à 8 ans, ce qui a plus ou moins marché.

Dans quel scène vous situez-vous aujourd’hui ?
On joue un style qui nous est propre et nos influences sont multiples, et du coup des gens d’horizons très différents viennent à nos concerts ! Globalement on joue dans la scène Rock & Roll. Nos potes sont les Wave Chargers, les gars des Lullies et des Grys Grys, les Ready Mades, Jon & the Vons… et de plus en plus de gens aussi intelligents que nous qu’on rencontre en tournée, comme King Salami & the Cumberland Three par exemple.

Qu’est-ce qui fait que vous êtes fiers de ce nouveau Ep que vous présenterez au point FMR à Paris le 12 avril prochain ?
On eu le temps pour la première fois de se poser en studio et de faire un peu de prod c’était cool ! Le matos sur place était vraiment top et complètement analogique. Du point de vue de la composition aussi, on a exploré de nouveaux styles pour trouver notre son, ça ouvre des horizons très vastes pour la suite.

Avec qui l’avez-vous réalisé ?
Avec Franck Hedin et Nathalie Loriot à la réalisation, et Fred Carayol à la console au studio Mercredi 9. C’était très agréable de travailler sur nos morceaux avec un avis extérieur. On avait une bonne dynamique de travail. La photo de l’album à été réalisée par Mauro Fiorito et l’artwork par Vangogo. Pour la petite histoire il a coloré la photo en noir et blanc à la main, on est vraiment hyper contents du rendu un peu technicolor.

Une anecdote de studio ?
On a fait un overdub avec… un ventilateur sur la guitare. On vous laisse trouver où…

Quels propositions les plus folles vous a-t-on déjà faites ?
On a eu une de nos musique dans un gros navet d’action Mexicaine qui s’appelle « Compadres » et on nous a aussi proposé de reprendre « les coups » de feu Johnny Hallyday pour une marque de pneu…

Quels sont vos projets pour les deux années à venir ?
Sortir un Album le plus vite possible et tourner le plus possible dans tout plein de pays !

Quel est le rêve ultime des Howlin’ Jaws ?
Un nouveau camion tout neuf !

Bon bein si tu es riche et que tu veux réaliser le rêve d’un jeune groupe qui n’en veut, tu sais ce qu’il te reste à faire !